Une plaisanterie ?

On nous rapporte qu’un président de chambre départementale des notaires en exercice aurait été nommé Notaire à PARIS. Pourtant, on nous assure également que cette personne aurait fait partie des “Furibards” contre la loi Macron et aurait apposé une affiche sur son office afin de manifester sa vive opposition à cette dangereuse ouverture. En outre, ce président de chambre n’aurait pas diffusé l’information, reçue du CSN, enjoignant les SCP de notaires existantes à candidater, voulant probablement utiliser cette information privilégiée dans son intérêt propre.

Il va sans dire que nous n’en croyons rien, que nous avons toute confiance dans les instances de la profession notariale, dans la sincérité de leurs arguments dans les débats passés et, surtout, dans la dignité qui s’attache à toute fonction ordinale.

Ce commentaire donne toutefois l’occasion de rappeler que les notaires déjà installés ont participé massivement à la procédure d’horodatage en ligne prévue par la loi Macron, qu’ils ont feint de combattre unguibus et rostro. Les chiffres parlent d’eux-mêmes :

  • à PARIS, au 24 novembre 2017, 63 offices ont été créés dont 15 attribués à des notaires déjà installés, soit un taux de 24% d’offices captés par des notaires déjà installés,
  • à ROUEN, 14 offices ont été créés dont 4 attribués à des notaires déjà installés, soit un taux de 29% d’offices captés par des notaires déjà installés,
  • à ORLÉANS, 8 offices ont été créés dont 3 attribués à des notaires déjà installés, doit un taux de 37,5 % d’offices captés par des notaires déjà installés.
Share

3 commentaires

  1. Je ne sais pas si le Duc de Saint Simon a envisagé ce cas complexe d’étiquette entre le président de la chambre des notaires de Paris et ce président de chambre hors-sol ?

    Et dire que l’instruction de nos dossiers est retardée par ce genre de candidats (ils font en plus le contraire de ce qu’ils disent – tout en critiquant Macron bien entendu). Nous perdons de précieux mois d’exercice et nous attendons toujours le calendrier complémentaire de la Chancellerie.

    Ce type de comportements va conduire à très court terme à la liberté d’installation totale sans indemnisation (pourquoi indemniser les notaires qui ont candidatés marquant ainsi leur adhésion à la loi Croissance). Les 1816 pourront toujours collectionner des offices sans valeur – ca peut toujours faire un collier.

  2. On voit le vrai visage des 1816 jusque dans leurs instances. La fonction de président de chambre ne vaut rien pour eux quant il s’agit de prendre un office à Paris. C’est l’illustration du principe écœurant du « tout pour ma gueule ». Ça valait bien le coup de nous casser les pieds avec la confraternité et l’honorabilité. Les 1816 sont moins dignes que le dernier des primo installants

Laisser un commentaire